Voilà enfin, un vrai test grandeur nature de mon nouvel Enduro 29 Pro 2018.

Rien de tel, comme terrain de jeu, que celui des Enduro World Séries de 2015 à Ainsa (Esp) pour tester la monture.

Pas loins de 95 Km parcourus pour 4500 D-.

Présentation de la machine : c'est du lourd !!!

  • Cadre full carbone fact11m, 160mm deb
  • Fourche Öhlins RXF36, 160mm, axe 15x110, offset de 51mm
  • Amortisseur Custom Öhlins STX 216x57
  • Jantes Roval Traverse Carbone 29
  • Pneus Butcher Grid 29x2,3 Gripton
  • Pédalier Truvativ Descendant Carbon Boost, plateau 30 dt
  • Transmission 12v Full Sram Eagle X01
  • Freins Sram Code RSC avant/arrière 200/180mm
  • Guidon Specialized S-Works DH Carbone 780mm
  • Tige de selle Command Post IRcc W, diam 34,9, 150mm

Poids de la bête : 14,6 Kg
(avec pédale et Swat Chambre a aire, cartouche CO2, Multitool, démonte pneux)

Les caractéristiques à elles seules laissent imaginer que cette version 2018 est taillée pour l'enduro engagé.

Sur le terrain.

Une fois passé les premières sorties, empruntes d'euphorie lié au fait de rouler un nouveau bike, on n'est sans doute plus à même, d'avoir un ressenti objectif de la machine.

Lorsque l'on enfourche ce vélo, la première sensation qui s'en dégage est que l'on a presque l'impression d'être sur un vélo de DH. On sent immédiatement l'angle ouvert de la fourche, et les suspensions qui s'affaissent sous le poids du pilote.

Les premiers tours de roues, au pédalage, se font sans encombre. Néanmoins, on sent bien les 14,6 kg du vélo. Autant dire qu'il ne faut pas lui demander d'être explosif dans les accélérations. Enfin, pas avec mon niveau physique du moment. Dès que la pente s'accentue et que le D+ augmente, pour un peu que la trace soit cassante et en appui, cela peut vite devenir usant et éprouvant. Ce n'est pas son terrain de jeu. Il fera certes le boulot, mais il faut rester modeste, dans la rapidité à monter, sous peine de le payer cash physiquement.
Bref vous l'avez compris, faut les emmener ces kg en montées.

Le train de pneu en 2,3 Grid avant et arrière accentue aussi l'effort.

Par contre, cela se fait moins ressentir, lors des relances quand on a déjà une certaine vitesse.
Je pense aux relances en sorties de virages etc ... là pas de souci, c'est réactif et il repart très vite.

Quand la pente s'inverse .... alors là, c'est autre chose.
Si je devais utiliser 3 adjectifs pour le qualifier, je dirai : Stabilité, Vitesse, Sécurité.

Stabilité : Le combo fourche/amortisseur Öhlins vous fait passer dans un autre univers. Avec un angle de fourche de 66°, des roues qui collent au terrain, le vélo est vraiment impressionnant de stabilité. J'avais été agréablement surpris à l'époque par la RS PIKE, que tout le monde qualifiait, et même encore aujourd'hui, de LA fourche d'enduro par excellence.

La Öhlins ne plonge pas, elle est très progressive et absorbe tout, sans que l'on s'en rende compte. Même sur les pistes pleine de caillasses d'Ainsa, j'avais le sentiment que l'on avait tout balayé, nettoyé. Jamais je ne me suis senti secoué ... ou alors je ne vais vraiment pas vite.

Vitesse : De ce fait, on a tendance à vraiment retarder les freinages et à aller plus vite. On se sent réellement en confiance. Le Grip des Butcher Gripton est phénoménal. Même dans de gros appuis, ils ne bronchent pas. Des vraies ventouses ....
Vous pouvez aussi avoir une grosse confiance dans les freins Sram Code RSC qui vous stoppent en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, même a grande vitesse. Les doubles pistons de 14 et 16mm sont puissants. Là aussi, c'est rassurant de savoir que l'on peut stopper très rapidement même avec une vitesse élevée.

Sécurité : Voilà. Tous les ingrédients ci-avant font que l'on roule sans doute plus vite, mais sans vraiment sans rendre compte. Ou tout du moins, à la même vitesse mais en étant plus en sécurité, car moins brassé et avec la possibilité de tout stopper très rapidement. Le vélo est d'un confort sans égal par rapport à mon ancien Enduro 2014. Sécurité aussi, car sur les longues spéciales d'Ainsa, là où j'aurai dû ralentir pour économiser le pilote avec mon 2014, j'ai pu descendre quasiment d'une traite. Le fait d'âtre moins secoué épargne logiquement le physique du pilote et donc il conserve davantage sa lucidité.

En conclusion : Oui le modèle 2018 est clairement orienté pour le D-. Il excèlle dans les descentes, donne confiance et ménage son pilote. On est juste plus en confiance et on va plus vite, là où on était secoué avant. Revers de la médaille, un pédalage sans doute plus délicat. Il faut prendre son temps et laisser venir la pente sans trop vouloir aller plus vite que la musique. Certains le trouveront un peu moins polyvalent que les modèles des années antérieures à 2016, mais tellement plus efficace dans les descentes. 

 

Tag(s) : #Test Bike, #Les Vélos

Partager cet article

Repost 0